L’exode continue à l’intérieur d’Abidjan

Abidjan, Côte d’Ivoire (PANA) - Les populations continuent de fuir les quartiers d’Abidjan dits «chauds» vers des endroits sécurisés ou dans des centres d’accueil de fortune, a constaté sur place la PANA.

Dans la cour de l’église catholique Saint Ambroise de Cocody-Angré, plusieurs familles qui ont pu sortir d’Abobo, une commune d’Abidjan transformée en champ de bataille depuis quelques semaines, ont été accueillies par les responsables de cette paroisse.

«Les gens ont afflué vers la paroisse. On ne pouvait pas ne pas les accepter, ce sont des populations qui ne savent pas où aller», a affirmé un séminariste.

«Depuis des jours, nous ne pouvons pas dormir chez nous à Abobo à cause des tirs à l’arme lourde. Les enfants sont traumatisés, on ne sait pas où aller, c’est pourquoi nous sommes venus dans cette église», a déclaré un chef de famille, Yao Sylvain, entouré de ses quatre enfants et de son épouse.

Lundi matin, plusieurs personnes ont quitté le quartier de Port-Bouët II, dans la commune de Yopougon, où il y a eu des affrontements samedi et dimanche entre les forces de sécurité loyales au président sortant, Laurent Gbagbo et des partisans d'Alassane Ouattrara.

Les tensions ont monté d’un cran la fin de la semaine écoulée, avec des détonations d’armes lourdes dans plusieurs quartiers d’Abidjan.

La Côte d'Ivoire traverse une crise profonde depuis le second tour de la présidentielle du 18 novembre dernier qui a consacré deux présidents, Alassane Ouattara, proclamé par la Commission électorale indépendante et soutenu fortement par la communauté internationale, et le président Gbagbo, désigné par le Conseil constitutionnel.
-0- PANA GB/AAS/IBA 28fev2011

28 février 2011 17:03:12




xhtml CSS