Éthiopie: L'UA s'engage à protéger les médias sociaux de l'ingérence de l'État

Addis-Abeba, Ethiopie (PANA) - L'Union africaine (UA) a promis de protéger la démocratie et de maintenir les médias sociaux ouverts aux élections, tout en exprimant sa profonde inquiétude face à l'arrêt régulier des médias sociaux lors des élections, comme cela s'est produit récemment en Gambie et en Ouganda.

Le Commissaire aux Affaires politiques de l'UA, Aisha Abdullahi, a déclaré jeudi que l'organisation avait soulevé de sérieuses inquiétudes au sujet de l'arrêt des médias sociaux lors des élections, affirmant que l'étouffement de la population risquait de priver l'Afrique du potentiel de sa population jeune.

"Il est vrai qu'en 2016 nous avons eu des instances lors des élections quand les médias sociaux ont été fermés. Nous avons soulevé de sérieuses inquiétudes, notamment le cas récent en Gambie. Les médias sociaux peuvent être maltraités, mais la radio a également été maltraité au Rwanda. Nous exhortons tout le monde à prendre note que les médias sociaux sont venus pour rester. Utilisons les de manière responsable et nous exhortons les gens à l'utiliser de manière responsable», a déclaré Abdullahi.

L'UA a déclaré 2017 Année de la Jeunesse, sous le thème ''mobiliser le Dividende Démographique''. Les responsables de l'UA veulent que les pays veillent à ce que les politiques en place favorisent les jeunes dans l'emploi et renforcent la participation des jeunes à la vie politique et à la prise de décisions.

Cependant, les médias sociaux, la plate-forme par laquelle les jeunes ont pu s'engager avec l'UA sur un certain nombre de questions, semblent limités dans certains cas.

"Nous courons le risque d'avoir des enfants-soldats et un plus grand risque pour la démocratie africaine si nous ne prenons pas en compte les questions de bonne gouvernance. Les jeunes d'Afrique ont pris la tête de l'utilisation des outils d'information et de communication. Cela a révolutionné nos systèmes", a déclaré Abdullahi, un diplomate nigérian, à des journalistes à Addis-Abeba.

L'UA fait campagne pour que le plan continental de développement économique et social, connu sous le nom d'Agenda 2063 - l'Afrique que Nous voulons - soit soutenu par des idéaux démocratiques plus solides et axés sur les personnes, avec les jeunes pouvant participer aux processus décisionnels, a déclaré Abdullahi.

«Les Africains ont des sentiments mitigés quant à la capacité de notre continent à exploiter le dividende démographique», un terme cité par les experts du développement du continent, pour faire référence à la nécessité pour l'Afrique d'utiliser positivement sa population jeune pour créer des centres économiques de croissance.

Selon les responsables de l'UA, la discrimination des jeunes par des pratiques culturelles les empêchant de participer aux affaires politiques et sociales, l'utilisation systématique des lois et des règlements pour empêcher les jeunes d'accéder à certains avantages, constituent des menaces pour la jeunesse.

"Ces formes d'aliénation de la jeunesse afin de conserver le statu-quo constituent une grande menace pour notre système démocratique. Nous devons permettre aux jeunes de jouer leur rôle dans notre continent ", a déclaré Abdullahi.

Dans un effort pour réaliser l'agenda de la jeunesse, l'UA a proposé des mesures comprenant l'augmentation de la participation des jeunes aux élections.

Les résultats de la recherche auprès de l'UA montrent que la majorité des jeunes, parmi eux les jeunes femmes, ne participent pas aux élections et ne manifestent généralement aucun intérêt pour les affaires politiques.

Cependant, les médias sociaux ont permis à l'UA d'atteindre jusqu'à 53 millions de jeunes sur des questions spécifiques.

"Nous sommes prêts à protéger et soutenir cette chaîne", a déclaré Abdullahi.
-0- PANA AO/MA/MTA/IS/SOC 26janv2017

26 janvier 2017 17:19:52




xhtml CSS