«Les niveaux de malnutrition sont embarrassants en Zambie», déclare l'opposition

Lusaka, Zambie (PANA) – Le United Party for National Development (UPND) de l'opposition zambienne a noté avec préoccupation le rapport 2013 de l'ONU sur la faim publié la semaine dernière, indiquant que la prévalence de sous-alimentation dans le pays est la deuxième dans le monde après Haïti et la première en Afrique.

"Il s'agit d'un rapport embarrassant et humiliant pour un pays pacifique qui a connu une croissance économique soutenue de plus de 6% par an au cours des dernières années», a déclaré mercredi à Lusaka, le vice-président de l'UPND, Canisius Banda.

Selon M. Banda, le rapport conjoint de trois agences des Nations Unies - l'organisation pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), le Fonds international de développement agricole (FIDA) et le Programme alimentaire mondial (PAM) - a utilisé des données tirées de l'enquête démographique et de santé de 2007.

Cependant, les enquêtes ultérieures de la Commission nationale de l'alimentation et de la nutrition de la Zambie (NFNC) et un récent rapport de l'UNICEF étaient compatibles avec le rapport sur la faim de 2013.

Banda a fustigé pour avoir manqué de donner suite aux conclusions du rapport de l'ONU, précisant que l'explication la plus probable du silence du gouvernement du Patriotic Front (PF), est qu'il ne comprend pas les implications de ce rapport et par conséquent, n'a pas de solutions au problème de la sous-alimentation.

«Il démontre également les conséquences négatives profondes de la suppression des subventions sur le maïs et le carburant et leurs effets sur la qualité de vie de nos populations. Une conséquence dont nous avons averti le PF, mais qui, dans son arrogance habituelle, nous a constamment ignorés", a-t-il déclaré.

Constatant que près d'un million d'enfants de moins de cinq en Zambie ont un retard de croissance, il a déclaré que le retard de croissance, conséquence majeure de la sous-alimentation, conduit à la mort prématurée.

Banda a proposé que le gouvernement ré-introduise des subventions alimentaires pour les plus de 60% de Zambiens pauvres, qui sont maintenant obligés de dépenser 70% de leurs maigres revenus pour l'alimentation, ce qui n'est pas encore suffisant pour répondre à leurs exigences diététiques.

"La suppression des subventions sur l'aliment de base par le gouvernement PF n'est pas seulement hautement irresponsable, mais négligente des besoins des populations pauvres. Le gouvernement PF a supprimé les subventions et a choisi d'introduire un système de transfert de fonds social qui est mal ciblé et ne peut pas soutenir un être humain", a-t-il accusé.

Les conclusions et les recommandations du rapport sur la faim des Nations Unies 2013 seront examinées par les gouvernements, la société civile et les représentants du secteur privé lors de la réunion du 7 au 11 octobre du Comité de la sécurité alimentaire au siège de la FAO à Rome.
-0- PANA MM/AR/MTA/IS/SOC 24sept2014

24 septembre 2014 19:39:47




xhtml CSS