«L'Agenda de maintien de la paix exige une stratégie inclusive», selon Amina Mohammed

New York, Etats-unis (PANA) - S'exprimant sur la meilleure manière dont les opérations de maintien de la paix des Nations unies peuvent accroître les efforts mondiaux pour soutenir la paix, la Secrétaire générale-adjointe, Amina Mohammed, a déclaré que la nature des défis d'aujourd'hui exige un travail transparent sur la paix et la sécurité, les droits de l'Homme et le développement durable.

"Les opérations de maintien de la paix ont besoin de mandats clairs, réalistes et à jour, avec des priorités bien identifiées, un processus adéquat de séquençage et de flexibilité pour évoluer au fil du temps", a déclaré, mardi, Mme Mohammed au Conseil de sécurité lors d'un débat ouvert sur les opérations de maintien de la paix et de soutien à la paix.

"La cohérence, la complémentarité et la collaboration entre les efforts de paix et de sécurité de l'ONU et son développement ainsi que son travail humanitaire sont également essentiels pour prévenir les conflits et atténuer les risques, favoriser des résultats plus durables et veiller à ce que personne ne soit laissé en rade", a-t-elle ajouté.

«Maintien de la paix» est un terme issu de l'examen de l'architecture de consolidation de la paix des Nations unies en 2015. Dans leurs résolutions sur l'examen, le Conseil de sécurité et l'Assemblée générale ont défini le soutien à la paix «en tant qu'objectif et processus pour construire une vision commune d'une société [...] qui englobe les activités visant à prévenir le déclenchement, l'escalade, la poursuite et la récurrence des conflits".

«La mise en œuvre de l'Agenda de maintien de la paix exige une stratégie inclusive qui soutienne la diversité de nos missions et prend en compte l'ensemble du continuum de la paix, de la prévention, de la résolution des conflits et du maintien de la paix à la consolidation de la paix et au développement à long terme», a déclaré Mme Mohammed, soulignant le rôle essentiel que joue le Conseil de sécurité.

À cet égard, a-t-elle ajouté, la réforme du système des Nations unies a été conçue pour renforcer les liens entre l'Agenda pour le développement durable de 2030 et l'Agenda de maintien de la paix.

"Nous devons travailler ensemble à travers les silos et aborder le lien humanitaire-développement-paix ainsi que les causes profondes de la violence et des conflits", a-t-elle déclaré.

Le débat a également exploré la manière dont les opérations de maintien de la paix peuvent s'adapter à l'évolution des défis politiques et opérationnels à travers les différentes étapes de l'engagement des missions de l'ONU et comment elles peuvent être conçues autour du soutien à la création d'institutions nationales inclusive et efficaces ainsi qu’au renforcement des capacités nationales.

Le maintien de la paix ne peut être atteint que grâce à une vision plus large de la prévention, a-t-elle souligné, ajoutant que les mesures de prévention et les processus de paix doivent être conduits par le leadership national et l'appropriation intégrale qui reconnaissent les besoins et les contributions de tous les segments de la société, y compris les femmes et les jeunes en tant qu'agents de développement et de paix.

La complexité des conflits actuels nécessite une approche multidimensionnelle qui privilégie une gamme d'initiatives, y compris la protection cruciale des civils menacés et le renforcement des institutions, ainsi que la primauté du droit afin de renforcer le respect des droits de l'Homme à tous les niveaux.

Ils ont besoin du désarmement, de la démobilisation et de la réinsertion des groupes armés, en mettant l'accent sur la justice et la réconciliation, des élections crédibles et l'extension de l'autorité légitime et responsable de l'État.

À bien des égards, l'une des contributions les plus importantes au maintien de la paix est la préparation d'un retrait et d'un transfert pacifiques et efficaces de la paix à l'équipe des pays de l'ONU, comme en témoignent récemment des exemples réussis en Côte d'Ivoire et bientôt au Liberia.

"Pour assurer que nous sommes sur la bonne voie de consolidation de la paix, nous devons avoir la politique juste", a déclaré la Secrétaire générale-adjointe.

Les opérations de maintien de la paix sont des instruments politiques qui accompagnent idéalement un processus de paix local. À cette fin, les missions fournissent de bons offices et travaillent en étroite collaboration avec différents partis et communautés pour réaliser et mettre en œuvre des accords de paix.

En examinant tous ces domaines, un niveau d'engagement plus large et plus soutenu des membres d'un Conseil de sécurité unis et solide - individuellement ou collectivement - est essentiel pour que les États membres, le Système des Nations unies et tous nos partenaires soient alignés derrière un but et une vision communs de l'action qui intègre tous les piliers de l'ONU et rassemble toutes ses activités d'une manière véritablement intégrée, a conclu Mme Mohammed, Secrétaire générale-adjointe de l'ONU chargée du maintien de la paix.
-0- PANA MA/MTA/BEH/IBA 30août2017

30 août 2017 14:26:49




xhtml CSS